07 septembre 2006

L’écluse qui voulait se sortir de l’ornière

Quelques minutes après, le ramasseur de cadavres, Jack le Fétide, posait sa besace à côté du corps de Têtedanleguidon. La petite Sirose s’était perchée sur la barrière pour le regarder travailler. Il mesura la victime des pieds à la tête puis sortit de sa besace un sac estampillé « Grand fonctionnaire » qu’il disposa précautionneusement par terre le long de la dépouille, puis il entreprit de faire rouler cette dernière sur le sac. Le cadavre était presque entièrement avalé par le cuir noir quand Sirose se permit une remarque :

- Vous ne vérifiez pas qu’il est vraiment kapoute ? On dirait qu’il bouge un peu les doigts…

- J’ai pas de temps à perdre avec ce genre de détail fillette. La loi est ainsi faite. Toute personne restant allongée dans un lieu public pendant plus de cinq minutes est officiellement morte.

- Même s’il fait juste un somme ?

- Même si elle fait juste un somme. L’autre jour j’ai du embarquer une quarantaine de grévistes qui faisaient mines d’avoir leur compte, allongés devant chez Grosillon. Jamais vu des morts courir aussi vite.

- C’est un drôle de métier que vous avez là. Et vous en faites quoi une fois que vous les avez emballés ?

- Je les emporte jusqu’à l’écluse et j’les fous dans l’eau.

- Oh ! …

- Oui, dans l’eau.

Tous les deux demeurèrent silencieux quelques instants à contempler le sac en cuir noir, promesse d’une mort certaine pour Têtedanleguidon. Puis le ramasseur de cadavres sembla soudain recouvrer ses esprits, chargea péniblement le sac sur son dos, et après avoir salué la petite fille, prit la direction de la rivière Sanretour. Parvenu à destination une vingtaine de minutes plus tard, il resta planté un moment sur la berge, jetant régulièrement des coups d’oeils autour de lui comme s’il cherchait quelque chose, apparemment plongé dans une intense réflexion, ce qui devait sans doute lui demander beaucoup d’efforts, le vieil homme n’étant pas habitué à pareil exercice. Pour la première fois confronté à un problème en presque cinquante ans de carrière, il réfléchissait au moyen de mener à bien sa mission. En effet, comment installer le corps dans le sas de l’écluse pour le précipiter ensuite dans la rivière, puisque l’écluse n’était plus là, la vieille dame ayant visiblement décidé sur un coup de tête de sortir de l’ornière où on l’avait installée il y a très très très longtemps, sûrement pour voir un peu du pays.

Posté par Sylkarion à 13:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur L’écluse qui voulait se sortir de l’ornière

    Très sympa ^^ la suite !
    >> troubadour

    Posté par La Lutine, 07 septembre 2006 à 20:44 | | Répondre
Nouveau commentaire